La Milice

Après les retombées de l'opération "Torch" qui lui firent perdre son armée d'armistice et l'Afrique du Nord, Pierre Laval installe à Vichy une troupe de choc pour lutter contre les maquis et la Résistance : la Milice, créée le 30 janvier 1943 et dirigée par Joseph Darnand.        

  Milice image

 

Drapeau de la Milice

Dirigée par un noyau solidaire provenant pour la plus grande partie d'extrême droite, de "pétainistes" et de jeunes collaborateurs, la Milice parvient à influencer, voire à contrôler la propagande, l'administration pénitentiaire (des miliciens sont placés à la tête d'onze directions régionales et d'un grand nombre de centrales) et la police jusqu'à la Libération.

Les miliciens usaient couramment de délations, de tortures (dans la caserne de Lauwe à Montpellier), de rafles, d'exécutions sommaires et arbitraires, voire de massacres, ce qui contribua à leur rejet de la part de la population. La Milice n'eut jamais plus de 35 000 membres, mais 15 000 militants réels. Ses chefs furent condamnés à mort à la Libération.

 Voir : la répression à Montpellier