Le rétablissement du suffrage universel et le droit de vote des femmes

La rénovation de la démocratie politique,

le droit de vote des femmes

 

 

Un suffrage réellement universel en 1945

 

Le vote des Françaises résulte d'une ordonnance du 21 avril 1944 prise par le Gouvernement Provisoire de la République Française, présidé par le général de Gaulle, à Alger : « Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ».

 

Mais le nouveau pacte républicain ne se met vraiment en place qu'à l'occasion des élections municipales des 29 avril et 13 mai 1945, 

en août 1945 en Alsace et dans le Territoire de Belfort. Les Françaises sont parmi les dernières femmes du monde occidental à acquérir le droit de voter et celui de se faire élire.

 

Les militaires étaient aussi exclus du droit de vote mais pour d'autres raisons : on ne souhaitait pas qu'ils prennent parti dans les luttes politiques. C'est seulement le 17 août 1945 - soit quelques mois après les femmes - qu'ils ont obtenu le droit de vote...

 

 

Le droit de vote des femmes en France : une conquête

 

Au début de la démocratie française, au XIXe siècle, le droit de vote était réservé aux hommes car on considérait que les femmes, les domestiques et les pauvres, du fait de leur dépendance économique, n'étaient pas en situation d'exercer un choix libre.

 

En France, après la Première Guerre Mondiale,  la Chambre des députés vote à plusieurs reprises en faveur du vote féminin. Mais ses propositions sont six fois repoussées par le Sénat. Les motifs des opposants sont des préjugés : la gauche radicale et socialiste craint en particulier que les femmes ne renforcent le camp clérical !

 

Cependant, les Françaises n'attendent pas le droit de vote pour accéder à des fonctions gouvernementales. En effet, trois d'entre elles obtiennent un sous-secrétariat d'État dans le gouvernement constitué en 1936, par Léon Blum, après la victoire du Front Populaire :

Cécile Brunschvicg (Sous-secrétaire d'Etat à l'Education nationale de la France),

Suzanne Lacore (Sous-secrétaire d'Etat à la Santé Publique, chargée de la Protection de l'Enfance de la France),

Irène Joliot-Curie (Sous-secrétaire d'Etat).

 

    

 

 

Mais il faut attendre la Libération de 1945 pour qu'enfin les Françaises obtiennent le droit de vote et le droit d'éligibilté.

Des femmes sont dès lors régulièrement présentes dans les gouvernements.