Le Conseil National de la Résistance

Pour les Résistants français, la Libération implique le renouvellement de l'Etat français : des changements dans tous les domaines sont réclamés. Le programme du CNR (Conseil National de la Résistance) rédigé par huit principaux mouvements de Résistance français, six partis politiques ainsi que deux centrales syndicales, proclamé le 15 mars 1944 parvient à satisfaire ses membres, puis à être repris par le président du Gouvernement provisoire, de Gaulle.

I) Le programme du CNR

Ce programme est en deux parties : la première est l'organisation du combat contre l'occupant et le régime de Vichy, elle est mise en place immédiatement.

Elle déclare que c'est l'intensification des luttes isolées ou non contre l'occupation qui permettra l'union des mouvements de résistance français et la libération. Elle invite les responsables des organisations déjà existantes de fusionner avec d'autres pour une plus grande efficacité. Ces comités seront sous la responsabilité de Comités Départementaux de la Libération (CDL) qui leur transmettront leurs directives. Leurs objectifs seront de développer la lutte contre l'occupation et la déportation, ainsi que la solidarité française, défendre les conditions de vie des travailleurs français... De plus les Forces Françaises de l'Intérieur (FFI) ont pour mission de combattre les troupes ennemies et distribuer des armes aux mouvements de résistance.

Grâce aux efforts de tous, la Libération devrait ainsi être avancée.

 La deuxième partie du programme du CNR concerne les mesures à mettre en place après la Libération.

Les représentants des mouvements de résistances groupés dans le CNR prennent la décision de rester unis après la libération afin de mettre en place le gouvernement provisoire, de veiller au châtiment des traîtres, d'assurer l'établissement de la démocratie, le respect des libertés fondamentales (libertés de pensée, de conscience, d'expression, d'association, de réunion,...), de promouvoir les réformes indispensables sur les plans économique et social (intensification de la production nationale, droit au travail et au repos...), ainsi que la possibilité pour tous les enfants français de recevoir une instruction.

Ainsi, comptent ils fonder une République nouvelle qui balayera le régime de Vichy et l'occupation nazie.

Le régime de Vichy, clairement de droite, voire d'extrême droite, a beaucoup marqué les esprits, ce qui explique ce programme gauchiste, d'ailleurs appuyé par des "sous-marins" communistes, d'ex-communistesayant adhérés à des mouvements de résistance pourtant non-communistes.

II) L'application du programme du CNR

A la Libération, les forces conservatrices cherchent à s'opposer à ces réformes, mais sont discréditées à cause de leur collaboration avec l'occupant.

L'application du programme du CNR permet de nombreux progrès économiques et sociaux durant les "Trentes Glorieuses" durant lesquels le pays tend à se reconstruire.

Photo de couverture du programme du CNR par le mouvement de résistance Libération-Sud. (image du cndp)

×